Bure : une grosse claque pour Hulot

Une opération d'expulsion des opposants à la « poubelle » nucléaire de Cigéo a été lancée jeudi 22 février. Un échec pour le ministre de l'Écologie.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ce matin, au petit jour comme il se doit pour de telles opérations, 500 gendarmes ont fait irruption à Bure et dans le bois Lejuc pour déloger les opposants au projet de centre d'enfouissement de déchets radioactifs Cigéo.

À lire aussi >> Cigéo : les déchets nucléaires « sous le tapis »

Le ministre de l'Écologie Nicolas Hulot avait pourtant annoncé qu'on allait « réfléchir sans brutalité », un peu à la mode « Notre-Dame-des-Landes ». Résultat, le gouvernement a fait les deux : dialogue et violence. Car le jour même, Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès de Hulot, se rendait à Bar-le-Duc pour rencontrer les parties prenantes au conflit !

Un militant, retranché dans la Maison de la résistance à Bure, point de ralliement des opposants assiégés par les gendarmes, explique par téléphone qu'il était prévu qu'ils rencontrent Lecornu le lendemain. « Je ne vois pas comment ça va être possible, c'est l'hypocrisie totale ! », commente-t-il, entre abasourdissement et dérision.

Certes, il existe un arrêté d'expulsion du bois depuis avril 2017, mais bien des circonstances interrogent la pertinence de l'intervention à ce moment-là. Car la trêve hivernale protège en théorie des expulsions. Et puis quelle urgence, puisqu'en période de nidification, l'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) ne pourra pas effectuer de travaux dans le bois, site visé pour des installations de ventilation de la « poubelle » nucléaire ? Par ailleurs, plusieurs procédures judiciaires sont encore en cours, concernant notamment la propriété du bois et l'autorisation de défricher.

On fait donc l'hypothèse d'un bras de fer gouvernemental : Hulot et son secrétaire d'État se sont fait marcher dessus par le revanchard de Notre-Dame-des-Landes, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, furieux de n'avoir pas pu casser du zadiste conjointement avec l'annonce de l'abandon du projet d'aéroport. Les oreilles du Premier ministre doivent siffler fort…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents