Didier Lockwood

Le violoniste est décédé brutalement d’une crise cardiaque ce 18 février.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Décédé brutalement d’une crise cardiaque ce 18 février, Didier Lockwood, à 62 ans, était en pleine force créatrice. Violoniste hors pair, repéré à ses débuts par Stéphane Grappelli, il a joué avec les plus grands du jazz (Miles Davis, Herbie Hancock), ainsi qu’avec plusieurs vedettes de variété. Peu adepte des étiquettes, il s’est toutefois épanoui dans le jazz fusion.

Le musicien, soucieux de transmission, avait créé, en 2001, le Centre des musiques Didier-Lockwood, une école d’enseignement de l’improvisation.

À lire aussi >> Didier Lockwood : « Le violon, c'était son viatique »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents