Israël s’invite dans le chaos syrien

Dans le conflit syrien, Israël ne perd donc pas de vue l’essentiel : la liquidation de la question palestinienne. On ne connaît pas encore les moyens, mais on n’en exclut aucun.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Voilà qu’un nouveau front menace de s’ouvrir en Syrie. Et pas le moindre. Ce n’est certes pas la première fois qu’Israël profite du chaos syrien pour attaquer des cibles iraniennes ou celles du Hezbollah, mais il s’est produit samedi 10 février un événement considérable aux effets d’ailleurs plus psychologiques que militaires. Un appareil abattu par la défense anti-aérienne de Damas, ça ne s’était pas vu depuis 1982. Cela ne change évidemment pas les rapports de force dans la région. Mais pour un pays qui se pique d’invulnérabilité autant que d’impunité, c’est aussitôt un traumatisme national.

L’exploitation politique et militaire de l’incident a été immédiate. Les F16 ont multiplié les raids de représailles. Il y a, certes, peu de risques de conflit ouvert avec Damas. Le régime syrien est sous protection russe, et il est trop occupé à massacrer sa population. Et surtout, Bachar Al-Assad, comme jadis son père, est le meilleur « ennemi » d’Israël. Celui qui justifie les dépenses d’armement sans constituer une menace réelle pour l’État hébreu. Le risque est ailleurs. Car, quoique le missile fût syrien – et sûrement de fabrication russe –, c’est l’Iran qui est visé par Israël. Et, plus encore, le Hezbollah. La milice libanaise pro-iranienne est devenue la bête noire d’Israël depuis qu’en 2006 elle a montré sa capacité de résistance aux offensives israéliennes sur le sud-Liban. C’est ce front que les irascibles dirigeants israéliens voudraient ouvrir aujourd’hui pour réduire la puissance de feu du Hezbollah au moment où celui-ci est affaibli par quatre années d’interventions en Syrie.

Au-delà, le gouvernement de droite israélien ne perd pas une occasion d’aggraver les tensions avec l’Iran. Une guerre n’est pas pour demain, mais ça n’interdit pas d’y penser très fort, et d’en créer dès aujourd’hui les conditions psychologiques. À terme, rien n’est à exclure. D’autant que cette perspective compte un adepte furieux à la Maison Blanche… Et d’autres du côté de Riyad. Seul un conflit d’envergure pourrait permettre à Israël de « solder » la question palestinienne, qui est la seule obsession des dirigeants de l’État hébreu. En attendant, Benyamin Netanyahou parle ouvertement d’annexer les colonies juives en Cisjordanie, et sa ministre de la Justice, Ayelet Shaked, annonce sans fard que son pays ferait « tout pour garder la majorité juive » en cas d’annexion de la Cisjordanie, « même aux dépens des droits de l’homme »… Dans le conflit syrien, Israël ne perd donc pas de vue l’essentiel : la liquidation de la question palestinienne. On ne connaît pas encore les moyens, mais on n’en exclut aucun.

Ce nouveau front, pour l’instant virtuel, ne doit pas faire oublier les autres. Depuis deux semaines, la Turquie, avec la complicité passive de la Russie, tente de liquider les milices kurdes, au nord-ouest de la Syrie. Quant au régime de Damas, il attaque ce qui reste d’opposition. Il s’est heurté, dans la vallée de l’Euphrate, à une riposte américaine, qui lui a coûté une centaine d’hommes. Les États-Unis protégeant les milices arabes et kurdes qui ont combattu Daech, et qui, accessoirement, leur permettent de s’implanter durablement dans cette région. Mais, ailleurs, dans la banlieue de Damas, comme dans la zone d’Idlib, à l’ouest du pays, l’aviation de Bachar peut agir à sa guise. Et on sait ce que cela signifie de férocité et de barbarie contre des populations assiégées et dépourvues de toute défense. On sait, mais on fait comme si on ne savait pas… Cinq ans après le massacre au gaz sarin qui avait fait mille neuf cent morts, en août 2013, la France en est toujours à entretenir le doute. « Nous avons des indications possibles, mais pas de confirmations absolues », a déclaré la ministre de la Défense, Florence Parly, au comble de l’embarras, au lendemain d’un nouveau bombardement au chlore sur la population de La Ghouta. Dominique de Villepin, hélas, mêle sa voix à cette désinformation. Il faut, dit-il, attendre les résultats de l’enquête. Une enquête d’autant plus improbable que la Russie a obtenu en novembre dernier la dissolution de la mission d’experts de l’ONU qui en avait la charge. On en vient à regretter l’excellent Claude Cheysson [^1] qui, en d’autres circonstances, préférait avouer l’impuissance de notre pays plutôt que de nier la réalité du problème.

Ainsi va la Syrie, où les conflits se croisent et s’entrecroisent. Chacun règle les comptes qui lui importent en ne se souciant pas trop de ce qui se passe à côté. La France, c’est Daech. Et tout ce qui nous « divertit » (le mot, terrible, est encore de notre ministre de la Défense) est nuisible. Ne nous laissons divertir ni par les gazés de La Ghouta, ni par le sort des Kurdes ou celui des Palestiniens.

[^1] Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures de François Mitterrand, avait eu le courage de lancer un « évidemment nous ne ferons rien » au lendemain d’un coup d’État militaire en Pologne, en 1981. À l’époque, la presse s’était déchaînée contre lui.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents