La face cachée des dictatures arabes

L’historien Jean-Pierre Filiu montre les connivences délétères entre généraux, gangsters et jihadistes.

Le nouvel essai de Jean-Pierre Filiu, qui retrace l’histoire de la « contre-révolution arabe », s’ouvre sur un fait divers dans un pays non arabe, la Turquie. Le 3 novembre 1996, non loin de Bursa, dans le nord-ouest du pays, une Mercedes s’encastre dans un camion. L’accident retient l’attention en raison de l’identité des victimes : un chef de la police, un gangster notoire lié à l’extrême droite et sa compagne, et un député dirigeant d’une milice locale qui traquait les séparatistes kurdes du PKK. Cette…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents