La guerre du rail aura bien lieu

Le gouvernement a choisi la méthode forte sur le dossier ultra-sensible de la réforme ferroviaire, symbolique de sa « révolution » libérale, réussissant à unir contre elle tous les syndicats.

Consternation à la CFDT-cheminots, qui se sent « humiliée » par les propos du Premier ministre ; branle-bas de combat jusque dans les rangs de l’Unsa ; « alerte sociale » et appel à la grève reconductible : le gouvernement a fait une entrée fracassante dans le dossier explosif de la SNCF, lundi 26 février. Sur le fond, Édouard Philippe reprend les principales lignes du rapport Spinetta, qui a électrisé le débat depuis deux semaines : la fin du statut de cheminot et la transformation de la SNCF en société…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents