La mort du rail

On sait que ces ventes par lots se sont, jusqu’à présent, partout soldées par des catastrophes.

Aux journalistes affectés à l’apologie de la « réforme » annoncée de la SNCF qui lui demandent si elle va « toucher au statut des cheminots » [1], Élisabeth Borne, ministre des Transports, fait, après avoir récité que « le statu quo n’est pas possible », cette réponse : « Le monde a changé. Est-ce normal que malgré cela la définition des métiers ferroviaires soit restée figée ? » L’on est pris, lorsqu’on lit ça, d’élans contradictoires et de l’envie, par exemple, d’applaudir d’abord à tant de sincérité…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.