Les frères ennemis du foot

Deux clubs d’une même ville ou d’une même région alimentent souvent des haines sur fond d’antagonismes politiques, sociaux ou religieux. Bien loin d’une opposition sportive.

Le 22 octobre dernier, le club de la Lazio de Rome affrontait les Sardes de Cagliari au stade olympique. Le virage nord, fief traditionnel des ultras, ayant été fermé à la suite d’incidents (chants racistes à l’occasion d’un match contre le modeste club de Sassuolo), les supporters avaient pris place dans le virage sud, ou trônent habituellement les supporters de l’ennemi héréditaire : l’AS Rome. On sait à quel point ces histoires de territoires sont importantes dans ce que certains sociologues appellent…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.