« Né un mardi », d’Elnathan John : Islam des rues

Dans Né un mardi, Elnathan John décrit à travers la vie d’un personnage complexe la naissance de la crise humanitaire qui sévit au nord du Nigeria. Un premier roman puissant et une subtile réflexion sur le langage.

Anaïs Heluin  • 21 février 2018 abonné·es
« Né un mardi », d’Elnathan John : Islam des rues
© photo : Jean-luc bertini

Dantala ». Si ce nom haoussa a une consonance harmonieuse, sa traduction – « né un mardi » – n’a rien de gai ni de poétique. Utilisée comme prénom pour un jeune garçon, elle a même à nos oreilles occidentales quelque chose de tragique. D’anti-héroïque. Personnage éponyme du roman du Nigérian Elnathan John, Dantala alias « Né un mardi » n’est guère, en effet, un Ulysse. Envoyé par son père étudier dans une école coranique, il a rejoint, lorsque commence le roman, « les garçons qui

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 5 minutes