Neil Young, jamais vaincu

Les chansons de l’album The Visitor restent engagées et en prise avec le monde.

Entre des pans d’archives et les nouveaux enregistrements, le rythme de sortie des albums de Neil Young est tellement soutenu depuis quelques années que l’on finit par avoir du mal à suivre. On ne va pas pour autant s’en plaindre. Surtout tant qu’ils auront la qualité et la pertinence de The Visitor, paru en décembre, trois mois après Hitchhicker, issu des limbes des années 1970 et chroniqué dans ces pages. Si l’on parle de pertinence, c’est que, comme toujours chez Neil Young, le propos est en phase avec…

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents