[POLITIS 30 ANS] 18 février 1988 : les petits boulots de la crise

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


TUC, PIL, Plif, SIVP. De curieux noms pour désigner de petits boulots pour échapper au chômage. Ce jeudi 18 février 1988, Politis pointait à la une ces métiers de la crise. « Demi-soldes, sous-employés », ils étaient alors « plus d’un million à exercer des activités “atypiques” ou “précaires” », écrivait Alexandre Bilous. Des emplois « assortis d’un revenu qui n’est pas un salaire mais une indemnité ». Et de relever que les piètres jobs concernaient de plus en plus de diplômés. En témoignait Sylvie, bac +2, qui vendait des encyclopédies avec pour seule rémunération un pourcentage sur les exemplaires vendus. Tous les six mois, « de nouvelles formules sont inventées pour résorber le nombre d’actifs au chômage ». Politis s’interrogeait : « La dualisation qui s’établit entre travail et revenu, et la division entre ceux qui ont un emploi garanti et les autres sontelles des phénomènes passagers ou sont-elles précurseurs de la société [de] l’an 2000 ? » Aujourd’hui, la question ne se pose plus.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.