Sonia Krimi, députée LREM : « Je refuse la suspicion qui pèse sur les étrangers »

Sonia Krimi a exprimé des positions qui tranchent avec les orientations de la politique migratoire du Premier ministre.

Le 19 décembre dans l’hémicycle, Sonia Krimi, députée LREM, interpelle le Premier ministre : « Tous les étrangers de France ne sont pas des terroristes, tous les étrangers de France ne sont pas “d’indélicats” fraudeurs aux aides sociales. Dire le contraire, c’est jouer avec les peurs… » Applaudie par la gauche, elle devient le symbole de la première fracturation du parti du Président, et ce sur les questions d’asile et de migrations. Le 15 février, elle fustige à l’Assemblée le contenu d’une loi sur le placement en rétention des « dublinés ». Au moment du vote, elle s’abstient. Son courage lui vaut d’être appelée « frondeuse ».

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents