Ça ne porte pas un nom ?

Qu’il s’agisse de vendre des armes ou de mener à son terme le bris d’un service public, une même logique est à l’œuvre.

Interpellée le mois dernier par un journaliste, Florence Parly, ministre de la Défense d’Emmanuel Macron (et ancienne directrice générale de la SNCF, où son salaire était – nous verrons ci-après qu’un tel rappel n’est pas complètement inutile – de 52 000 euros par mois), a plus ou moins fait mine de découvrir que l’Arabie saoudite et ses alliés de la coalition qui martyrise le Yémen avaient fait usage, dans cette très sale guerre, d’armes qui leur avaient été vendues par la France. En réalité – et sauf à…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents