Procès de Tarnac – Jour 7

Mathieu Burnel réfute tout complotisme et interroge la capacité du groupe à se défendre face à des accusateurs masqués, anonymes et qui couvrent des équipes mal identifiées.

Mathieu Burnel est debout. Pas à la barre mais derrière la table du premier rang des prévenus. Julien Coupat à sa gauche. Benjamin Rosoux à sa droite. Volontiers souriant, parfois ferme, il s’énerve vraiment cette fois. Il parle vite, monte le ton, comme s’il allait manquer de temps pour exposer ses arguments. Il cite plusieurs points, mais l’un claque dans la salle : « Madame la présidente, que vous persistiez à nous taxer de complotisme depuis le début de ce procès est insultant ! Le complotisme est…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.