Sonate d’été et prélude à Tchekhov

Alain Françon orchestre un très beau Mois à la campagne, de Tourgueniev, avec Anouk Grinberg dans l’un des grands rôles de sa carrière.

Qui a inventé l’émotion tchékhovienne, ce sanglot qui ne s’envole pas et reste blotti dans la poitrine ? Tchekhov ou Tourgueniev ? Ou cette fameuse âme russe, cliché notoire qui contient sans doute un peu de vérité ? Michel Vinaver, en écrivant une nouvelle version française d’Un mois à la campagne, et Alain Françon, en mettant la pièce en scène au Déjazet, se lancent dans une réhabilitation de Tourgueniev. Selon eux, l’auteur de Premier Amour et des Récits d’un chasseur préfigure bien le mélancolique…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Réinventer les possibles

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents