Syrie : La double responsabilité de Moscou et Washington

L'attaque par la Turquie des Kurdes d'Afrine pointe le cynisme des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni, mais aussi de la Russie. Et montre la complexité du conflit.

Le drame des Kurdes d’Afrine résume assez bien la complexité d’un conflit syrien dominé par le cynisme de toutes les forces en présence. Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont abandonné à leur sort les Unités de protection du peuple kurde (YPG), lesquelles leur avaient permis de chasser Daech de Raqqa et de Mossoul, en Irak. Mais la responsabilité de la Russie n’est pas moindre. Elle est même plus directe. Moscou, qui intervient depuis 2015 en soutien au régime syrien, a en effet retiré ses…

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents