Une journée de mobilisation très politique

Le NPA, la France insoumise, Génération.s ou encore Europe Écologie étaient présents aux abords des cortèges cet après-midi à Paris. Reportage.

Pauline Graulle  • 22 mars 2018
Partager :
Une journée de mobilisation très politique
© DAVID SEYER / CROWDSPARK

Ils étaient finalement tous là. Jean-Luc Mélenchon, entouré de députés en écharpe, sur une petite estrade postée au bout de la rue des Vinaigriers. Le serpentin des cheminots descend le boulevard Magenta. Lance pétards et fumigènes, et un hourra fraternel pour la France insoumise. Clémentine Autain, Éric Coquerel, Danièle Obono, mais aussi Farida Amrani, l’opposante de Manuel Valls aux législatives à Évry, ou Danielle Simonnet, conseillère de Paris. Ils lèvent le poing, tout sourire, à destination des camarades de la CGT.

La petite foule des insoumis, pin’s « phi » à la boutonnière, n’a pourtant d’yeux que pour la France insoumise. Entonne : « Ma-cron, t’es pas bon, laisse la place à Mé-len-chon ! » ou « Insoumis un jour, insoumis toujours ». Le docte Thomas Guénolé, sourire aux lèvres, livre son analyse : « Le XXe siècle a montré que seule une grève massive d’au moins quatre semaines peut enclencher le rapport de force. » Il ne faut plus parler de « grève générale » : trop décourageant. « L’enjeu, c’est de bloquer l’économie pour faire pression sur les oligarques », explicite le responsable de l’école insoumise, qui donne rendez-vous aux lecteurs de Politis« un journal qui ne fait pas partie de la médiacratie », se sent-il obligé de préciser – le 31 mars, pour un cours sur les médias.

De mouvement de foule en mouvement de foule, on est propulsé plus bas sur le boulevard. Le cortège des cheminots continue son serpentin. Là, celui qui tracte sur le bas-côté, entouré d’une petite dizaine de camarades, c’est Olivier Besancenot ! Soudain pris d’assaut par la presse et les cheminots, le postier a le triomphe modeste. La star politique de la journée, c’est lui. « Olivier merci ! Tu nous manquais ! », hurle un manifestant, bientôt repris par ses voisins. « Olivier, c’est le premier qui nous a soutenus, la dernière fois, à la télé. C’est le seul. Enfin… avec Mélenchon », glisse un représentant des navigants d’Air France.

Place de la République, les écolos d’EELV discutent des européennes. On prend le boulevard Beaumarchais, en face du cirque d’Hiver, une rangée des militants de Génération.s regarde le cortège passer. « Vous nous avez fait perdre, il fallait se mettre derrière Mélenchon », lance un CGTiste énervé. Benoît Hamon déboule, tout sourire. Tout va bien, l’accueil est bon. Rien à voir avec Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, qui a dû se faire exfiltrer de la manifestation par son service d’ordre. C’est déjà ça.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian