Des CRS en réponse aux étudiants

Paradoxalement, les évacuations violentes des établissements renforcent la mobilisation contre la loi Vidal. Y compris des enseignants.

D ans toutes les universités où il y a des amphis paralysés […], ce sont des groupes qui ne sont pas des étudiants qui viennent, ce sont, pour reprendre Audiard, “des professionnels du désordre”. » De cette phrase lapidaire, Emmanuel Macron a résumé dans son interview du 15 avril le mouvement étudiant en cours. Pourtant, dans les assemblées générales, à Paris comme en province, ce sont bien des étudiants qui mènent le débat et les actions, et font face aux CRS. Alors que la mobilisation des élèves et des…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents