Grèce : Les naufragés de Samos

Dans les îles grecques, les candidats à l’asile attendent dans des conditions indignes de savoir s’ils pourront rester en Europe.

Angélique Kourounis  • 11 avril 2018 abonné·es
Grèce : Les naufragés de Samos
photo : Sur l’île de Samos, une famille attend que sa demande d’asile soit examinée.
© LOUISA GOULIAMAKI/AFP

Les cris d’une femme résonnent dans tout l’hôpital. Elle pleure, hurle sa détresse. Soutenue par deux hommes, elle erre dans les couloirs… Elle vient de reconnaître les siens, tous noyés dans le plus terrible naufrage de ces deux dernières années en mer Égée, au large de l’île de Samos : dix-sept morts et trois disparus, dont plusieurs enfants. « Cela faisait longtemps que nous n’avions pas connu ça », lâche Anastasia Theodoridou, l’assistante sociale de l’hôpital. Notre rendez-vous sera écourté, elle doit s’occuper des survivants.

Cette catastrophe intervient deux ans après la signature de l’accord UE-Turquie visant à réduire l’afflux de réfugiés en Europe – Syriens, Afghans, Irakiens, Africains de l’Ouest, Somaliens, Érythréens, Pakistanais, Bangladais et Maghrébins (essentiellement Algériens). Concernant les chiffres, le but est atteint. Moins de 30 000 réfugiés par an sur les côtes grecques, contre 800 000 en 2015, au plus fort de la crise migratoire. Mais le bilan humain est un désastre : plus de 15 000 migrants attendent dans les « hotspots » des îles – centres d’enregistrement et d’identification – que leur demande d’asile soit examinée.

Une attente qui peut durer plus d’un an et demi dans des conditions parfois effroyables. Or, le seul moyen légal de quitter les îles est d’obtenir un certificat médical attestant une « vulnérabilité » : une maladie impossible à traiter sur place ou une grossesse à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro