Laissez-nous (bien) travailler !

Alors que la grève intermittente s’installe à la SNCF et que s’étendent d’autres conflits, émerge la question centrale du sens du travail, écrasé par un management absurde et l’obsession du rendement.

Pour le moment, excepté la grande marche du 5 mai, journée de « débordement national » selon les mots de Frédéric Lordon, déclarée « fête à Macron » par François Ruffin, il n’y a pas – encore ? – de « convergence des luttes » ni de « fédération des causes ». Mais la multiplication des protestations depuis septembre interroge : quel point commun entre les gardiens de prison, les personnels hospitaliers, les cheminots, les éboueurs, les magistrats, les hôtesses de caisse de supermarché, les professeurs…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents