Olivier Besancenot : « Cet appel à l’unité, c’est le service minimum »

Pour Olivier Besancenot, la mobilisation du 22 mars peut être un point d’appui pour ouvrir un large front politique face aux attaques libérales d’Emmanuel Macron.

Son passage à « On n’est pas couché », le 3 mars, où il expliquait qu’« on est tous le cheminot de quelqu’un », est devenu viral sur les réseaux sociaux. La semaine dernière, c’est lui qui était choisi par France 2 pour faire face au ministre Gérald Darmanin. Olivier Besancenot revient en force dans l’espace médiatique et politique. Défenseur de l’unité politique et syndicale pour défendre les cheminots et les services publics le 22 mars, le leader du NPA, postier (au guichet) à Paris, est devenu…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents