Le fléau des pauvres

Les Françai·se·s économiquement faibles ont, à la différence des nanti·e·s, grand besoin d’être présidé·e·s.

Le chef de l’État français (CDL’ÉF), dont les administré·e·s soupçonnent d’assez longue date – et sur la foi de l’observation des premiers mois de son quinquennat – qu’il est (1) « le président des riches », a récemment produit, pour se laver de cette suspicion, et comme s’il était imparable, cet argument : « Je suis le président de tous les Français. Les riches, ils n’ont pas besoin de président, ils se débrouillent très bien seuls. » Découvrant cela, j’ai consulté mon dico préféré, qui propose, pour le…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.