« Mes provinciales », de Jean-Paul Civeyrac : Projection de jeunesse

Dans Mes provinciales, Jean-Paul Civeyrac met en scène un étudiant en cinéma exigeant et rêveur qui se confronte à la réalité.

Dans le récent film consacré à Jean Douchet (1), celui-ci conseille à ses trois jeunes interlocuteurs, les réalisateurs, admirateurs du critique et forcément passionnés de cinéma, de voir les films de Boris Barnet, ce qu’ils n’avaient jamais fait. Dans Mes provinciales, qui met en scène, de nos jours, des étudiants en cinéma, ceux-ci non seulement connaissent les films de Barnet, mais ils admirent un autre cinéaste russe, Marlen Khoutsiev. C’est dire si ces aspirants cinéastes ont des connaissances…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents