Musset en prison

Dans Tous mes rêves partent de gare d’Austerlitz, Mohamed Kacimi et Marjorie Nakache plongent dans le quotidien de femmes incarcérées.

Pour décor, Mohamed Kacimi imaginait « une grande pièce blanche aux murs nus » avec, « au lointain, une large baie vitrée sans barreaux », donnant sur une forêt. Marjorie Nakache, de la compagnie Studio-Théâtre de Stains, opte pour un univers plus fermé. Délimité par un trait lumineux, avec deux étagères basses remplies de livres, le plateau est une esquisse de bibliothèque. Un lieu de culture recroquevillé. Presque clandestin. Dans Tous mes rêves partent de gare d’Austerlitz, l’univers carcéral est abordé…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents