[POLITIS 30 ANS] 6 avril 2006 : la mobilisation des jeunes abat le CPE

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 6 avril 2006, Politis ironise sur « les aspects croquignolets » d’une allocution de Jacques Chirac : le Président avait annoncé la promulgation du contrat première embauche (CPE) – contesté dans des manifestations monstres et rejeté par une large majorité de l’opinion – tout en faisant savoir qu’il ne serait pas appliqué tant qu’une nouvelle loi ne l’abrogerait pas ! Ce contrat destiné aux moins de 26 ans aurait pu être rompu par l’employeur durant deux ans sans aucun motif. Or, note Politis, « les mouvements anti-CPE », loin d’être « l’expression d’un archaïsme franco-français », avaient avec eux le président de la Confédération européenne des syndicats. Car des CPE s’apprêtaient à fleurir un peu partout en Europe, conformément aux orientations très libérales de l’UE, réclamant (déjà) « l’assouplissement des marchés du travail », synonyme de précarité. Un choix politique que nous exposions pour le dénoncer, quand le gouvernement, échaudé par le résultat du référendum sur la Constitution européenne de mai 2005, préférait n’en souffler mot.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents