Radio France au régime néo-management

Sibyle Veil a le profil macroniste idéal pour mener la réforme de l’audiovisuel public voulue par le gouvernement.

Il y a deux écoles concernant le mythe du vendredi 13 : les superstitieux optimistes s’en réjouissent quand les pessimistes y voient une malédiction à venir. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a donc choisi l’option la moins risquée en annonçant la veille, jeudi 12 avril, sa décision relative à la présidence de Radio France. Et, puisque deux précautions valent mieux qu’une, le gendarme de l’audiovisuel a fait le choix de la continuité. Parmi six candidats, les membres du Conseil ont retenu Sibyle…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents