Relance manquée pour le magazine « Têtu »

Créé en 1995, le mensuel gay a été de nouveau placé en liquidation judiciaire.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Nouvel échec pour Têtu. Le magazine avait déjà connu un premier arrêt voilà trois ans. Selon l’AFP, le tribunal de commerce de Paris s’est prononcé en février dernier pour sa liquidation judiciaire une seconde fois, un an après sa tentative de relance en kiosques par la société Idyls Media, aujourd’hui reconnue en cessation de paiement et qui détenait également le site tetu.com, après avoir racheté les actifs du titre en novembre 2015.

Selon le jugement, l'entreprise a accumulé plus de 230 000 euros de dettes pour un peu plus de 50 000 euros d'actif. Le tribunal a conclu qu'un redressement ne pouvait être envisagé, en raison d'un « manque de clientèle » et d'un « litige avec des fournisseurs ». Toujours selon ce document, la société ne comptait plus qu'un seul employé.

Créé en 1995 par des militants anti-sida, avec le soutien de Pierre Bergé, véritable référence pour la communauté homosexuelle, le magazine a toujours été déficitaire.

Après avoir épongé pendant des années ses pertes, à hauteur de plusieurs dizaines de millions d'euros, Pierre Bergé avait fini par revendre le titre en 2013 pour 1 euro symbolique à Jean-Jacques Augier, proche de François Hollande. Deux ans plus tard, le magazine et son site avaient donc été placés une première fois en liquidation judiciaire. Le dernier numéro était paru en novembre, en version numérique.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents