Yann Frisch, cartes sur table

Yann Frisch s’éloigne du clown pour revisiter la figure du magicien.

Méconnaissable. Dans son costume au charme désuet, avec un sourire charmeur et des plaisanteries en guise de bienvenue, Yann Frisch n’a plus rien à voir avec le sombre personnage qu’il incarnait dans Le Syndrome de Cassandre (2015). Soit un clown au nez noir et à l’air hagard, un curieux traîne-savates tragicomique enfermé dans une boîte noire. Dans Le Paradoxe de Georges, créé en mars dans le cadre de Spring, festival des nouvelles formes de cirque en Normandie, le magicien multiprimé se rapproche de…

Il reste 77% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents