La liberté aux oubliettes

Adapté par José Pliya, Un dimanche au cachot, de Patrick Chamoiseau, trouve en Laëtitia Guédon une interprète magnifique pour dire l’enfermement d’hier et d’aujourd’hui. Et la résistance.

Comme le conteur éponyme de Solibo Magnifique (1988), qui semble continuer de parler après s’être définitivement écroulé en plein carnaval ; comme l’homme-monde Balthazar Bodule-Jules dans le bien nommé Biblique des derniers gestes (2002) et la plupart des héros de l’écrivain Patrick Chamoiseau, l’Oubliée a quitté le monde des vivants sans avoir atteint l’au-delà. Dans le roman-poème Un dimanche au cachot (2007), son histoire côtoie celle de Caroline, une jeune délinquante d’aujourd’hui recueillie dans un…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents