« Making », le vrai changement social

Trois sociologues analysent l’activité des tiers-lieux où l’on répare, transforme et produit. Une ouverture post-fordiste ?

Olivier Doubre  • 30 mai 2018 abonné·es
« Making », le vrai changement social
© photo : Vladimir Trefilov / Sputnik/AFP

Certains se souviennent sans doute de l’ouvrage novateur de Michel Lallement, sociologue et professeur au Conservatoire national des arts et métiers, qui, dans une riche enquête ethnographique menée au début des années 2010, avait défriché l’univers des makerspaces ou hackerspaces dans la Silicon Valley : L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie_ (1). Il y montrait la créativité et l’innovation d’un « nouveau modèle d’activité : le faire (make) », constitutif d’un univers où on peut croiser des start-up, de prestigieux centres de recherche ou des héritiers du mouvement social libertaire qui s’est développé à partir du fameux « Summer of love » de 1967 en Californie.

Makers. Enquête sur les laboratoires du changement social

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement, Seuil, 352 p., 21 euros.

Depuis, le mouvement des makers ou, selon les dénominations et préférences de ses acteurs, des hackers (littéralement « bidouilleurs », trop souvent confondus avec les crackers, qui pénètrent et parfois détruisent des systèmes informatiques), s’est largement développé et a essaimé, au-delà de ce premier « creuset californien », à travers le monde, de l’Allemagne au Sénégal, des Amériques à la France. C’est l’objet de cette nouvelle enquête approfondie (longue de près de quatre ans) de Michel Lallement, associé cette fois aux sociologues du CNRS Isabelle Berrebi-Hoffmann et Marie-Christine Bureau, tous trois membres du laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Cnam-CNRS).

Les auteurs nous font plonger dans ces espaces qui « ressemblent davantage à des garages qu’à des laboratoires de pointe », souvent emplis d’objets divers, récupérés, déroutés, transformés ou créés de toutes pièces à l’aide d’outils classiques de bricolage mais plus souvent numériques, imprimantes 3D ou découpeuses laser. Qu’y « fabriquent » ces makers ? Aussi bien des maisons en kit à 10 000 dollars assemblables en deux jours que des pizzas, des tissus biologiques ou des prothèses, bien moins onéreuses que celles commercialisées aujourd’hui par les laboratoires pharmaceutiques…

Mais, au-delà de ces réalisations, c’est bien une révolution du modèle productif qui est à l’œuvre au sein de ces makerspaces, embrassant protection de l’environnement et transformation de la vie quotidienne ; promouvant « des formes inédites de fabrication », inspirées par « un principe de libre accès aux outils et aux savoirs », et des formes de coopération collective.

Si le capitalisme s’intéresse également à ces personal fabricators, ceux-ci entrevoient « l’opportunité de changer de civilisation »… et de tourner le dos à l’économie fordiste de production sérialisée d’objets, moyennant pollution et exploitation. Circuits courts, partage des connaissances et aide mutuelle forment une nouvelle culture en mutation permanente. Ce que relevait déjà en 2007 André Gorz, peu de temps avant sa mort (2) : « Les outils high-tech inexistants ou en cours de développement, généralement comparables à des périphériques d’ordinateur, pointent vers un avenir où pratiquement tout le nécessaire et le désirable pourront être produits dans des ateliers coopératifs ou communaux. […] Le travail sera producteur de culture et l’autoproduction un mode d’épanouissement »

(1) Seuil, 2015. Voir Politis du 26 février 2015.

(2) Ecologica, Galilée, 2008.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés
Intersections 21 mai 2024

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés

Dans le film Un p’tit truc en plus d’Artus, Céline Extenso pointe une dissimulation des violences concrètes que subissent les personnes handicapées, à l’instar de l’institutionnalisation.
Par Céline Extenso
L’empire qui ne veut pas mourir
Histoire 21 mai 2024 abonné·es

L’empire qui ne veut pas mourir

Dans La Malédiction de la muscade, le romancier et essayiste indien Amitav Ghosh retrace l’emprise de l’Occident sur le monde, depuis ses racines issues de la colonisation européenne jusqu’aux désastres écologiques en cours. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques.  
Par François Rulier
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas
Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 libéré

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant