L’utopie de la bidouille collective

Le sociologue Michel Lallement enquête sur la manière dont les  hackers expérimentent de nouvelles manières de travailler.

En mai 2012, à San Mateo, dans le sud de la baie de San Francisco, en Californie, se tient la septième Maker Faire, organisée par le magazine Make. Son intitulé renvoie à la fois à la foire ( fair en anglais) et au verbe français « faire ». C’est l’une des principales rencontres du mouvement Faire, qui regroupe une vaste série de pratiques et de personnes créant des lieux collectifs aux noms anglo-saxons : hackerspaces, biohackerspaces, Fab Lab, Tech Shop, makerspaces, creative spaces … Le vocable « faire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents