Parcoursup, les raisons d’un échec annoncé

Les projections des effectifs étudiants étaient connues de tous.

Les lycéens et les étudiants en réorientation ont appris le 22 mai que, pour près de la moitié d’entre eux, leurs vœux d’orientation étaient « en attente » ou tout simplement refusés. Étudiants et lycéens se sont mobilisés depuis des mois afin d’alerter sur les dangers de cette réforme. La seule réponse qu’ils ont reçue de la part du gouvernement n’est que mépris ou, pis, coups de matraque. La semaine dernière, une centaine de personnes ont été mises en garde à vue dans un lycée parisien, dont de nombreux mineurs. Leur seul tort, avoir manifesté leur mécontentement à la suite des résultats de la procédure Parcoursup. La grande majorité des enseignants-chercheurs s’opposent – quel que soit leur avis sur la sélection – à cette réforme, dont ils jugent la mise en œuvre irréaliste.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En bonne voix

Médias
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.