S'exprimer librement sur le conflit israélo-palestinien tout en combattant l'antisémitisme

Christiane Hessel et d'autres personnalités apportent leur soutien à Pascal Boniface, face aux accusations d'antisémitisme dont il est victime.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis dix-sept ans, Pascal Boniface est victime d’une campagne infamante l’accusant d’antisémitisme. Elle n’a strictement aucun fondement. Il n’y a nulle trace d’antisémitisme dans aucun écrit ou déclaration de Pascal Boniface qui s’est, au contraire, montré constant dans sa lutte contre ce fléau, tout comme dans celle contre toute forme de racisme. On peut ne pas partager ses analyses, mais ce procès qui lui est fait est indigne et intolérable.

Pascal Boniface s’est souvent montré critique à l’égard des gouvernements israéliens et c’est sur cette base qu’il est mis en accusation. Il a récemment écrit un livre[1] démontant les mécanismes de cette campagne qui, loin d’apaiser les tensions, est venu les aggraver. Il s’est ainsi fait agresser à l’aéroport de Tel-Aviv le 16 avril 2018 et subit une campagne de haine sur Internet, allant jusqu’à des menaces de mort.

Ce terrorisme intellectuel, qui prétend faire passer pour de l’antisémitisme la critique politique de l’action du gouvernement israélien, crée un climat malsain et délétère et ne contribue aucunement à la lutte contre l’antisémitisme. Face à cette campagne de haine, nous apportons notre total soutien à Pascal Boniface et réclamons le droit de pouvoir nous exprimer librement sur le conflit israélo-palestinien, tout en combattant l’antisémitisme et toute forme de racisme.

Premiers signataires : Gisèle Halimi, avocate, Rony Brauman, cofondateur de Médecins sans frontières, Geneviève Garrigos, défenseure des droits humains, René Backmann, journaliste, Bertrand Badie, professeur des universités à Sciences Po Paris, Pierre Conesa, géopolitologue, Bertrand Heilbronn, président de l'AFPS, Pierre Joxe, avocat, Jean-Claude Lefort, député honoraire, Gilles Manceron, historien, Nehemiasz Schmer dit André Schmer, ancien FTP-MOI, Denis Sieffert, journaliste, Dominique Vidal, historien et journaliste, Lilian Thuram, président de la Fondation Éducation contre le racisme, Pierre Haski, journaliste, Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières.

Signez la pétition ici.

[1] Antisémite, Max Milo, 2018.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents