Une monstrueuse affaire

Malgré les proclamations de lutte contre le terrorisme, nous savons aujourd’hui qu’un groupe industriel français de quelque importance a bel et bien participé au « financement détourné de Daech ».

Le 25 avril dernier, se tenait à Paris – conformément au souhait d’Emmanuel Macron, président de la République française, qui l’avait appelée de ses vœux – une « conférence de lutte contre le financement de Daech et d’Al-Qaïda et des groupes et individus affiliés à ces organisations ». Dans le cours de cette journée, Gérard Collomb, ministre français de l’Intérieur, a notamment rappelé que, « pour lutter efficacement contre le terrorisme, identifier et tarir ses sources de financement est essentiel ».…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents