[POLITIS 30 ANS] 20 juin 1991 : Presse, la distribution en question

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est une longue déambulation dans les arcanes de la distribution de la presse que propose Politis à ses lecteurs le 20 juin 1991, entre « l’encre qui sèche et l’arrivée du journal chez votre marchand ». Avec pour titre « Presse : l’envers du décor », le dossier décrit un univers méconnu du grand public, « une organisation invisible, aux multiples engrenages », gérant 3 000 titres, quotidiens et magazines confondus, pour un marché d’environ 40 milliards de francs (l’équivalent de près de 9 milliards d’euros actuels).

Sous la plume d’Olivier Bergeron, on lit combien les Nouvelles Messageries de la presse parisienne (NMPP) sont au cœur « d’un système décrié quand il se grippe. Parce qu’il présente tous les inconvénients d’un monopole de fait : une seule grève et puis plus rien ». Mais un système garant de l’égalité entre les titres. En jeu, bien sûr, le pluralisme et la démocratie. En dépit des coûts élevés de la distribution et des maigres rétributions pour les marchands. Non sans conséquences : rebaptisée Presstalis, lourdement endettée, l’entreprise est aujourd’hui sous le coup d’un plan de sauvegarde de l’emploi.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents