Écologie partout, écologistes nulle part

L’écologie politique a infusé presque toute la gauche. En 2017, elle était au cœur des programmes de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon. Alors que les « écolos » semblent avoir gagné la bataille des consciences, ils sont de moins en moins audibles politiquement. État des lieux d’un paradoxe.

Agathe Mercante  • 4 juillet 2018 abonné·es
Écologie partout, écologistes nulle part
© photo : BERTRAND GUAY/AFP

Certes, à la présidentielle de 2017, Benoît Hamon, candidat d’une alliance PS-Europe Écologie-Les Verts, n’a obtenu que 6,5 % des suffrages. Était-ce l’impossible inventaire du quinquennat socialiste, le lâchage par le parti à la rose de son candidat, ou encore un vote « utile » pour la France insoumise (par ailleurs acquise à la « planification écologique »)… Chaque commentateur patenté y est allé de son analyse. Les faits parlent pourtant d’eux-mêmes ; l’écologie, en France, a essaimé partout, si bien que la question se pose : désormais au centre des discours, l’écologie politique doit-elle encore exister en tant que parti, ou s’accomoder de son influence culturelle et politique, qui va bien au-delà de son seul score électoral ? Son inscription dans la Constitution française, comme le souhaite Nicolas Hulot, pourrait même sonner comme un triomphe pour la plupart des écologistes de la première heure. Alors comment expliquer que, quel que soit leur bord, ils sont réduits au murmure, celui d’une opposition qui peine à trouver sa place, ou au sein de la majorité, en petit nombre et méprisés par les caciques de la macronie (lire ici) ?

« Fiasco des Verts »

Née avec les Verts, dans les années 1980, la transposition des luttes écologistes dans l’action publique peine à trouver un nouveau souffle. Dans « Qu’est-ce que l’écologie politique », paru en 2010 dans la revue Écologie & Politique, le philosophe et militant écologiste Jean Zin invitait ses acteurs à s’adresser à l’intelligence collective et non à convertir les âmes ; à s’extraire des questions morales et à porter de vrais projets politiques. Huit ans plus tard, il constate avec amertume : « Avec le fiasco des Verts, elle n’a plus sa place à l’échelle nationale. » Un constat que ne partagent pas ses représentants, dont le nombre a considérablement augmenté. Longtemps portées par les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian