L’alibi humanitaire

Rony Brauman dénonce les prétextes, voire les mensonges, qui justifient si souvent les guerres aujourd’hui.

Une guerre peut-elle être juste ? C’est le sujet central de la discussion menée par l’anthropologue Régis Meyran avec Rony Brauman, président de Médecins sans frontières (MSF) de 1982 à 1994. Celui-ci souligne notamment que « “guerres justes” et “guerres humanitaires” sont aujourd’hui des synonymes » et que « la distinction entre celles-ci et les autres appelle des précisions ». Certes, le recul historique permet de juger, voire de justifier, certaines interventions armées, comme celles contre l’Allemagne nazie ou le Japon militariste jusqu’en août 1945… Mais, fussent-elles justifiées, peut-il y avoir réellement des guerres « humanitaires » ?

Face à des pouvoirs autoritaires, voire génocidaires, commettant des massacres, des crimes de guerre ou contre l’humanité, il est à tout le moins possible d’approuver certaines interventions. Dans d’autres cas, une action militaire peut également être engagée dans le but de sauver des civils gravement menacés par un ou plusieurs belligérants. Il s’agit toutefois de savoir si ce but a priori légitime l’est réellement, alors que le droit international bannit le recours à la force. Rony Brauman reconnaît avoir « pu approuver ou au contraire critiquer certaines [actions] ». « Ainsi, poursuit le médecin, j’ai soutenu la guerre de l’Otan au Kosovo, mais pour des raisons qui n’étaient pas celles que l’Otan mettait en avant, alors que j’ai critiqué celles de la Somalie et de Libye. De même, j’estime justifiées plusieurs des interventions ou guerres menées au nom de la sécurité, tout en critiquant la plus folle de celles-ci, à savoir l’invasion de l’Irak, ainsi que la deuxième phase de la guerre en Afghanistan. »

Il reste 43% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents