Dossier : Aux arbres, citoyens !

Le bois-énergie, faux ami écolo

Au départ issus des déchets de scieries, les granulés de bois sont désormais produits pour l’industrie… et détruisent des forêts.

Une pluie de petits cylindres marron 100 % bois naturel engloutis dans le poêle et la chaleur jaillit dans le salon. Se chauffer grâce aux granulés de bois, aussi nommés pellets, a rapidement séduit les particuliers. Selon l’association Propellet, qui regroupe les principaux fabricants et distributeurs de granulés, plus de 800 000 foyers français se chauffaient aux granulés de bois en 2017, soit une hausse de 16 % par rapport à l’année précédente. Une source d’énergie vendue comme très efficace, économique, locale et durable. Des arguments également accolés à toute la filière bois-énergie qui sert au chauffage individuel, collectif ou à la production d’électricité, comme à Gardanne, près de Marseille (lire aussi ici). Mais de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer ce faux ami des énergies renouvelables.

« Le bois-énergie est à la production de bois ce que les épluchures sont aux patates. Si on peut les valoriser, c’est bien, mais on ne produit pas des patates pour leurs épluchures ! » résume Hervé Le Bouler, responsable des questions forestières à l’association France nature environnement (FNE).

La dérive principale concerne la provenance du bois transformé. À l’origine, il s’agissait uniquement des déchets des scieries, des restes des arbres. Mais la diminution du nombre de scieries et l’augmentation de la demande ont obligé la filière bois-énergie à revoir sa méthode de fabrication, en passant à l’étape de l’industrialisation. Des projets d’usines de pellets émergent progressivement en France, notamment sur le plateau de Millevaches, en Limousin.

Il reste 63% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents