Le capitalisme s’habille en Prada

Dans une enquête ethnographique, Giulia Mensitieri analyse les formes variées d’exploitation de l’industrie de la mode.

Olivier Doubre  • 18 juillet 2018 abonné·es
Le capitalisme s’habille en Prada
© photo : Peter Sabok/NurPhoto/AFP

Voici un livre qui devrait être donné à lire à toutes celles et à tous ceux qui rêvent de l’univers clinquant de la mode, entre strass et paillettes, voire de devenir mannequin, styliste, créateur indépendant, photographe, coiffeur, maquilleur, retoucheur ou agent commercial de la haute couture… La chercheuse en anthropologie sociale et en ethnologie Giulia Mensitieri emmène le lecteur « dans les coulisses », l’embarquant dans un voyage exploratoire de ce qui est essentiellement une industrie. L’une des plus puissantes de la planète, à la croissance constante, représentant quelque 6 % de la consommation mondiale et 1 400 milliards d’euros, avec des multinationales parmi les plus connues au monde, « engendrant des excès consuméristes, des profits exorbitants et des formes variées d’exploitation ». L’enquête dévoile en effet combien cette industrie, comme les autres, est « une réalité faite de travail, de travailleurs, d’usines, d’ateliers, de corps, de matières, d’espaces, d’objets »

Alors que la mode est d’abord productrice d’un imaginaire de luxe, de prestige, de pouvoir et de beauté, intimement lié aux médias qui lui consacrent une place centrale et produisent ainsi « l’image étincelante du capitalisme actuel », elle joue surtout le « rôle d’un leurre qui, grâce à son apparence onirique, permet de normaliser des exceptions ». Derrière la façade glamour de la mode, cet essai met en lumière les dynamiques d’exploitation mais, surtout, « d’autoexploitation » dues au « prestige social lié au fait de travailler dans un milieu social désirable ». Ses travailleurs sont prêts à tout accepter pour participer à des événements censés être exceptionnels, avec l’espoir de « percer » un jour. Une perspective qui, évidemment, ne se réalisera que pour une poignée d’entre eux…

En marge des podiums, des VIP et des défilés exhibant des tenues au prix exorbitant, Giulia Mensitieri a interrogé des dizaines de « travailleurs créatifs » de cette industrie. Nombre d’entre eux turbinent souvent gratuitement ou pour quelques centaines d’euros, mais dans d’immenses hôtels de luxe ou aux côtés de célébrités de la mode, rares élus grassement payés. Au cœur du capitalisme mondialisé, la mode, « c’est un mannequin qui défile pour Chanel et qui est payé en bâtons de rouge à lèvres. […] Ce sont des vêtements vendus 30 000 euros, réalisés par des stylistes et des brodeuses rétribués au Smic, exploités par des maisons qui font une marge de profit énorme sur leur travail. Ce sont des sacs qui coûtent 10 000 euros parce qu’ils portent une étiquette “made in Italy” alors qu’ils sont fabriqués en Chine. La mode, c’est tout cela, et bien plus encore. » Avec ce livre, Giulia Mensitieri fait finalement œuvre d’éducation sociale en permettant de « déglamouriser » cette industrie du leurre permanent.

« Le plus beau métier du monde ». Dans les coulisses de l’industrie de la mode, Giulia Mensitieri, La Découverte, 276 pages, 22 euros.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés
Intersections 21 mai 2024

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés

Dans le film Un p’tit truc en plus d’Artus, Céline Extenso pointe une dissimulation des violences concrètes que subissent les personnes handicapées, à l’instar de l’institutionnalisation.
Par Céline Extenso
L’empire qui ne veut pas mourir
Histoire 21 mai 2024 abonné·es

L’empire qui ne veut pas mourir

Dans La Malédiction de la muscade, le romancier et essayiste indien Amitav Ghosh retrace l’emprise de l’Occident sur le monde, depuis ses racines issues de la colonisation européenne jusqu’aux désastres écologiques en cours. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques.  
Par François Rulier
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas
Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 libéré

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant