Dossier : Aux arbres, citoyens !

Quels droits pour la nature ?

L’Inde, l’Équateur ou la Nouvelle-Zélande ont accordé à des forêts ou à des fleuves le statut d’entités vivantes défendables en droit par des représentants qui les considèrent parfois comme leurs ancêtres ou leurs divinités.

Dans Princesse Mononoké, film d’animation d’Hayao Miyazaki, le grand esprit de la forêt est mi-animal mi-dieu. Un cerf avec une tête de macaque qui marche sur l’eau en silence et avec une infinie douceur. Quand la colère le métamorphose, il se met debout et son abdomen grandit en prenant la teinte d’un ciel étoilé. Il est défendu par des petits êtres qui apparaissent et s’effacent sur la mousse ou les cimes comme des lucioles, et dont la tête pivote en faisant un bruit d’osselets. Dans le folklore nippon, le kodoma, ou esprit de l’arbre, fait partie des divinités yokai. Il témoigne de l’état de santé de la forêt.

Dans Mia et le Migou, film d’animation du Français Jacques-Rémy Girerd, qui se déroule en Amérique du Sud, c’est un arbre matriciel et inversé avec une ramure souterraine qui résiste à la menace d’un immense projet hôtelier dans une forêt tropicale. Cet arbre de vie entre en résonance avec l’Arbre-cœur qui apparaît à l’enfant paralysé de la série fantastique Game of Thrones. Ce « Barral » avec un visage sculpté dans le tronc est le descendant d’une espèce anéantie par les hommes. De quoi faire revenir à la mémoire les Ents du Seigneur des anneaux, arbres géants qui ont, par la magie de Tolkien, transcendé leur végétale condition en acquérant la parole et le déplacement.

Arbres et forêt ne sont-ils doués de pouvoirs que dans les cultures lointaines ou les légendes ? Pensons à Brocéliande, à Sherwood ou à Black Hills (la forêt du film Le Projet Blair Witch)… Ce n’est pas un hasard si la forêt est vivante dans des films, livres ou récits. Elle est nécessaire à la survie des espèces qui la peuplent, dont l’espèce humaine qui l’entretient et l’exploite.

En érigeant dans et au pied des arbres les baraques des « zones à défendre », les zadistes, d’une certaine manière, se font eux aussi gardiens de la forêt et nouent un lien implicite avec les peuples qui la protègent en tant qu’habitat mais aussi comme mère ou divinité. Tels les Innus, au Québec, qui luttent en forêt boréale contre la construction d’un barrage hydroélectrique. Ou les Kayapos, vivant dans les forêts pluviales du nord du Brésil depuis plus de deux mille ans. « Il y a dix ans, je suis venu vous expliquer ma préoccupation devant la destruction de la forêt amazonienne, rappelait le chef Raoni en envoyant un nouveau message d’alerte en 2000. Je vous avais parlé des feux, du soleil brûlant, des grands vents qui souffleraient si l’homme continuait à détruire la forêt. […] Chez nous, les invasions ont recommencé. Les bûcherons et les chercheurs d’or ne respectent pas la réserve. Nous n’avons pas les moyens de protéger cette immense forêt dont nous sommes les gardiens pour vous tous. »

Crime d’écocide

Il reste 47% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents