Créez, maintenant !

Depuis cinq ans, « Un festival à Villerville » se met à l’écoute des nouvelles générations d’artistes, en marge des institutions existantes.

Dans Le Brame du cerf, création collective présentée au Théâtre de Vanves la saison dernière, Renaud Triffault mettait en scène des individus solitaires. Des êtres fragiles qui, pour tenter de refaire société, s’enfermaient dans une maison isolée au cœur d’un bois. Lorsque Alain Desnot, fondateur d’« Un festival à Villerville » (Calvados), lui propose une résidence dans le village sis entre Trouville et Honfleur où il a établi ses quartiers de fin d’été, l’artiste y voit l’occasion de poursuivre sa réflexion sur le rapport de l’homme à son environnement.

« Je voulais depuis un moment travailler sur les milieux ruraux. Cette invitation m’en a offert l’occasion rêvée », explique Renaud Triffault près du lieu qu’il a investi pendant dix-huit jours avec les comédiennes Ludivine Bluche et Lucie Boissonneau. Un chalet en bois mis chaque année à la disposition du festival par la municipalité de Villerville, avec vue sur la baie de la Côte fleurie.

C’est ici qu’a été présenté, lors de la 5e édition de l’événement (30 août-2 septembre), le résultat de ce travail. Soit Les Miraux, où trois personnages – un couple en crise et la sœur de l’homme, fermière dont l’exploitation n’est guère en meilleur état – tentent de résister aux divers dangers qui les menacent. Environnementaux et relationnels.

Nourrie d’échanges avec Didier de la Porte, qui a transformé au début des années 1980 la culture traditionnelle de la ferme du château de Villerville en bio, et de rencontres multiples (jusqu’à un chien dont le propriétaire, un voisin du chalet, gère les allées et venues pendant le spectacle), cette pièce est une « fiction construite à partir d’improvisations » qui illustre très bien l’esprit du festival. Son côté alternatif.

Il reste 58% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents