Néonicotinoïdes : Vol d’abeilles en Macronie

La démission d’Hulot a un drôle d’effet sur la Macronie.

Politis  • 5 septembre 2018
Partager :
Néonicotinoïdes : Vol d’abeilles en Macronie
© photo : Brune Poirsonncrédit : Mustafa Yalcin / Anadolu Agency/AFP

I l y a ceux qui parlent et ceux qui font. Nous faisons », s’est vanté Benjamin Griveaux, après l’entrée en vigueur (le 1er septembre) de l’interdiction de cinq néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles ». La démission d’Hulot a un drôle d’effet sur la Macronie, qui s’attribue tout le mérite d’un geste pourtant voté en 2016, par la précédente majorité. Macron lui-même et la secrétaire d’État de l’ex-ministre, Brune Poirson (photo), ont renchéri avec Grivaux.

À moins qu’il faille comprendre que l’adoption du décret d’application n’allait pas de soi, et qu’ils auraient pu aussi bien piétiner cet engagement, comme ils l’ont fait avec la limitation du nucléaire à 50 % de la production d’électricité. En attendant, si les 5 molécules sont interdites, le décret prévoit de nombreuses dérogations jusqu’en 2020, et surtout des néonicotinoïdes nouvelle génération, encore plus nocifs pour les abeilles, sont toujours sur le marché.

Écologie
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don