Un budget contre les services publics

Le gouvernement poursuit une politique fiscale avantageuse pour les entreprises, financée par des économies sur la solidarité.

Dans la continuité du budget 2018, les baisses d’impôts se poursuivront l’année prochaine pour les entreprises (– 13 milliards d’euros), notamment par une diminution de l’impôt sur les sociétés de 33,3 % à 31 %. Le gouvernement promet aussi 6 milliards d’euros de baisse d’impôt pour les particuliers (suppression partielle de la taxe d’habitation, désocialisation des heures supplémentaires). Une somme en réalité plus proche des 3,5 milliards, selon le calcul, plus exhaustif, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

La politique économique reste donc calibrée pour bénéficier aux actifs et aux entreprises. Pour la financer, le gouvernement continue également de piocher dans les « grandes masses budgétaires », avec un quasi-gel des retraites, des aides au logement et des allocations familiales. La taxe sur le diesel, en forte hausse, et sur les cigarettes complète cette année le tableau. Ainsi qu’une poursuite à marche forcée de la cure d’amaigrissement de l’État et des collectivités locales. Seuls sont épargnés les ministères de la Justice, notamment pour la construction de prisons, de la Défense et de l’Intérieur, où les effectifs augmentent. Pour le reste, la fonction publique d’État devra supprimer 4 164 postes de fonctionnaires.

Ministère des Finances

C’est à Bercy que la coupe sera la plus franche, avec 2 283 emplois supprimés, portant à 40 000 le nombre total d’emplois perdus depuis 2002. La numérisation et le prélèvement de l’impôt à la source sont utilisés pour vider les services, alors qu’ils créent, selon les syndicats d’agents, une surcharge importante de travail à court terme.

Il reste 48% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents