Mangeur de sons

Un coffret rassemble la palette variée d’Heitor Villa-Lobos, puisant à de nombreux univers.

Le compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos (1887-1959) fut l’une des figures centrales du modernisme national prôné par le « mouvement anthropophage », qui agita les milieux intellectuels de son pays dans les années 1920. Il entreprit ainsi de « dévorer » la musique « classique » européenne pour la digérer grâce à des sucs proprement brésiliens. Gardant le souvenir puissant de Jean-Sébastien Bach (les Bachianas brasileiras), il absorba des éléments trouvés chez ses contemporains (les Français Claude…

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents