Dorothea Lange : rude Amérique

Le Jeu de paume, à Paris, propose une rétrospective du travail de Dorothea Lange, qui s’appuie sur des images connues, d’autres moins, soulignant la démarche d’un pilier de la photo documentaire.

Jean-Claude Renard  • 27 novembre 2018 abonné·es
Dorothea Lange : rude Amérique
photo : Pour Dorothea Lange, « l’important n’est pas ce qui est photographié mais comment ».
© Library of Congress

À l’orée des années 1930. Années de crise. Confortablement installée dans son studio, Dorothea Lange (1895-1965) observe la misère qui se déploie sous ses fenêtres. Le pavé de San Francisco est alors battu par les sans-abri, dans un pays comptant plus de quatorze millions de chômeurs. En bas de chez elle, on sert une soupe populaire. Une veuve de la classe ouvrière distribue un repas aux plus démunis ; un homme tourne le dos à la foule, les mains jointes autour de son gobelet, un chapeau sur la tête, barbe naissante. Tout juste un homme oublié dans la ville, un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 6 minutes