Dorothea Lange : rude Amérique

Le Jeu de paume, à Paris, propose une rétrospective du travail de Dorothea Lange, qui s’appuie sur des images connues, d’autres moins, soulignant la démarche d’un pilier de la photo documentaire.

À l’orée des années 1930. Années de crise. Confortablement installée dans son studio, Dorothea Lange (1895-1965) observe la misère qui se déploie sous ses fenêtres. Le pavé de San Francisco est alors battu par les sans-abri, dans un pays comptant plus de quatorze millions de chômeurs. En bas de chez elle, on sert une soupe populaire. Une veuve de la classe ouvrière distribue un repas aux plus démunis ; un homme tourne le dos à la foule, les mains jointes autour de son gobelet, un chapeau sur la tête, barbe naissante. Tout juste un homme oublié dans la ville, un individu, parmi d’autres traîne-savates, The White Angel Breadline. Tout l’envers du rêve américain. Des hommes affalés sur le trottoir, repliés sur eux-mêmes, sur le seuil d’une église, des manifestants encadrés par des agents de police, des clochards endormis ou fumant une cigarette dans le désœuvrement, compagnons du roi Misère. Dorothea Lange rend compte des vulnérabilités, compatissante à l’évidence, témoin d’une société disloquée, anéantie par la Grande Dépression.

C’est en bas de chez elle, mais peut-être tombe-t-elle de haut. Lancée dans la photographie en 1918, Lange s’est bâti une réputation de portraitiste, tirant des clichés de riches industriels, de commerçants aisés, de familles bourgeoises. L’activité tourne bien pour cette jeune femme qui songe ne rien faire de « phénoménal ». Quand elle prend la rue, elle braque d’emblée son objectif sur les déshérités, les victimes, confrontés à la survie quotidienne. Ce qu’on appellera la photo documentaire.

La crise des années 1930 représente la première partie de cette vaste rétrospective, riche ­d’environ cent trente tirages, auxquels s’ajoutent des centaines de microfiches sur présentoir. Une rétrospective partagée entre la crise, le récit de la migration, les chantiers navals, l’internement de citoyens et la justice à travers un avocat commis d’office.

© Politis

Loin de l’intimité du studio, les premières images de la photographe dans la rue aux abois ne passent pas inaperçues. Économiste, Paul Schuster Taylor (qui deviendra son mari) illustre ainsi par ses clichés les articles qu’il consacre à une importante grève maritime en septembre 1934, dans une revue à caractère sociologique, Survey Graphic. L’année suivante, Lange suit Taylor sur le terrain pour capter la situation des migrants fuyant le Middle West vers la Californie rurale, collabore avec les agences gouvernementales dans le cadre du New Deal, travaille au sein de la Farm Security Administration (FSA), qui ambitionne un réaménagement rural et le développement de programmes destinés à favoriser l’emploi.

Il reste 55% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents