D’une volte-face médiatique

La presse de droite, tout soudain, trouve des vertus curatives aux mêmes manifestations qu’elle voue ordinairement aux gémonies…

En l’espace de quelques jours, Le Figaro du groupe Dassault a beaucoup changé. Depuis de très longues années, cette publication s’illustre, dans son traitement des « mouvements sociaux » (comme on dit dans la presse comme il faut), par la virulence de ses dénonciations des grèves (régulièrement présentées, au mépris de toute décence, comme des prises d’« otages ») et par la véhémence débridée de ses haros sur les « bloqueurs » (cheminot·e·s, étudiant·e·s et autres, qui…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.