Salon du livre jeunesse de Montreuil : nouvelles du futur

La dystopie est à l’honneur du 34e Salon du livre et de la presse jeunesse, à Montreuil.

Le titre sonne à la fois punk et génération climat : « Nos futurs ». Il souligne aussi la capacité du Salon du livre et de la presse jeunesse, qui se tient jusqu’au 3 décembre à Montreuil (93), à trouver un thème à la croisée des chemins, stimulant pour les très jeunes lecteurs comme pour les ados et leurs aînés.

L’exposition centrale part de Michka, d’Olivier Tallec, peluche qui quitte sa propriétaire trop gâtée pour reprendre sa liberté. Elle passe par le magicien d’Oz revisité par Benjamin Lacombe, qui y voit une métaphore du capitalisme galopant, et Spirou, qu’Émile Bravo expédie à Bruxelles en juin 1940. Elle longe ensuite le mur d’images collectées par le collectif Encrages, qui travaille avec des migrants.

Il reste 58% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents