Avec les gilets jaunes : « Les gens ont peur d’avoir faim »

Diaporama. Scènes captées vendredi sur plusieurs ronds-points d'Eure-et-Loir et de la Sarthe.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Autour d'un feu, abrités dans un baraquement de fortune ou sur la chaussée pour ralentir la circulation, les gilets jaunes campent parfois 24 heures sur 24 sur des ronds-points. À Chartres, Châteaudun, Nogent-le-Rotrou et Le Mans, rencontre avec ces citoyens qui ne s'imaginaient pas prendre part à un moment de contestation aussi durable et puissant.

« On ne pense pas à l’après, lâche une mère de famille devant les barricades qui bloquent l'accès au dépôt pétrolier du Mans, vendredi 7 décembre. On a été habitués à vivre au jour le jour, en réfléchissant à ce qu’on allait manger le soir même. »

Dans le froid humide et le bruit constant des klaxons des routiers solidaires au mouvement, Magalie, qui vit difficilement de son RSA, puise sa force de la solidarité qu'elle a découverte ici et lui a permis de rompre son isolement.

À lire >> Notre reportage à retrouver dans Politis du jeudi 13 décembre


Haut de page

Voir aussi

Articles récents