Furie douce

La colère contre le passé colonial est tendre chez le franco-algérien Lazare, poète de la scène.

Gilles Costaz  • 4 décembre 2018 abonné·es
Furie douce
© photo : Jean-Louis Fernandez

Des turbulents qui crachent en scène leurs pensées dans un climat d’incendie, ce n’est plus une chose rare au théâtre. Et c’est souvent revigorant. À la liste des Macaigne, Liddell, Garcia, on peut ajouter Lazare, dont la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 2 minutes