Gilets jaunes : une forte demande de démocratie

Les gilets jaunes n’exigent pas seulement d’être écoutés, ils demandent d’avoir voix au chapitre, bousculant la Ve République.

La crise sociale, dont le mouvement des gilets jaunes a été le révélateur, a viré à la crise de régime. L’incapacité du pouvoir à répondre rapidement et positivement aux revendications premières posées par les rassemblements aux ronds-points n’a pas peu contribué à élargir la contestation pour la porter sur le terrain politique. De manière symptomatique, c’est à l’Élysée que voulaient se rendre les gilets jaunes dès le 17 novembre. C’est ensuite sur les Champs-Élysées, jugés plus proches de la source du pouvoir politique, et non sur le Champ-de-Mars, où le gouvernement voulait les voir se rassembler, qu’ils ont tenu à manifester. Et hors de tout cadre contraint. Dans une confrontation directe avec le président de la République, seule autorité dont ils attendaient une réponse, tout en réclamant à cor et à cri sa démission.

La contestation fiscale des taxes, de leur caractère inégalitaire et de leur bien-fondé, a vite conduit les gilets jaunes à questionner le fonctionnement de notre démocratie, ses modes de représentation et de décision. Avec le raisonnement suivant : si nous subissons cette injustice, c’est parce que la démocratie ne fonctionne pas, que le gouvernement est trop coupé du peuple. On les a ainsi vus réclamer la proportionnelle pour une meilleure représentation de la diversité des opinions, un rabotage des salaires et « privilèges » des élus, la « suppression du Sénat » et la mise en place d’une assemblée citoyenne, pour s’en tenir aux revendications les plus souvent entendues.

Cette remise en cause des institutions inquiète les partis installés. Jusqu’à Marine Le Pen. Dans une « lettre ouverte aux Français » diffusée le 7 décembre, la présidente du Rassemblement (ex-Front) national s’est élevée contre ceux qui pourraient s’y « laisser tenter ». « Si le droit de critiquer nos institutions relève de la démocratie, la remise en cause de nos institutions y compris avec une prétendue VIe République me paraît totalement malvenue », écrit-elle. « La France ne souffre pas de l’institution présidentielle. Elle pâtit du défaut d’incarnation de la fonction par un homme dénué d’empathie pour le peuple », poursuit-elle en insistant sur l’attachement de son parti « au régime politique, dont le général de Gaulle nous a fait les héritiers ».

Il reste 48% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents