Joey Starr : Au nom de la République

Joey Starr reprend sur scène de grands discours emblématiques prononcés à l’Assemblée.

Même si le prompteur est là, le verbe n’a pas la fluence qu’on lui connaît. Sa scène, c’est le rap, pas les planches de théâtre. Joey Starr est un très bon acteur (Polisse l’avait révélé), mais il n’est pas encore comédien : il l’assume et sait rappeler, entre deux textes, qu’il est d’abord lui, trop parfois. Il cherche ses marques, parfois le texte, et dira à la fin que, s’il est là, c’est parce que la perfection n’est pas de ce monde. Malgré tout, il ressort quelque chose de cette soirée d’Éloquence à l’Assemblée, et d’abord un son singulier : la voix caverneuse du tribun d’un soir qui irradie la salle et vient jusqu’à nous.

Les grands discours de l’Hémicycle, le plus souvent révolutionnaires, sont autant de repères pour aujourd’hui. Les canons républicains défilent, telle la bataille laïque contre l’endoctrinement religieux.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents